ITALIE | LES SITES INCONTOURNABLES EN TOSCANE

par | Sep 10, 2018 | Destinations, Europe, Italie | 0 commentaires

La Toscane c’est de vastes étendues, des collines, des allées de cyprès et de pins parasols et des villages médiévaux. Voilà quelques sites incontournables à voir si vous êtes de passage dans ma région préférée d’Italie.

1 | Montefioralle

Je suis partie à travers les routes sinueuses de la région viticole du Chianti pour me rendre dans l’un des plus anciens villages d’Italie : Montefioralle. 
Situé sur un promontoire, il est inscrit dans la liste des bourgs italiens les plus beaux. Dès que je suis arrivée sur les lieux, j’ai vite compris pourquoi !

Au Moyen-Âge, Montefioralle était l’un des plus grands centres militaires et administratifs de la région. Sa première mention date de 1085.
Aujourd’hui ses murs d’origine sont toujours présents. Son unique rue circulaire est bordée de maisons, certaines en forme d’arches, et de tours médiévales. Au point le plus haut du village, vous pouvez visiter l’église de San Stefano, reconstruite au XVIIIème siècle. 
Le navigateur et explorateur Amerigo Vespucci, qui donna son nom à l’Amérique, est né dans l’une de ces maisons, reconnaissable au V des Vespucci sur la façade. La porte d’entrée est particulièrement magnifique et imposante !

A mon plus grand bonheur, les ruelles sont parsemées de cactus, succulents, aromates et autres plantes. Une petite touche végétale rend tout de suite un village plus accueillant et charmant !
Il s’y dégage une atmosphère apaisante mais aussi intimidante : l’ancienneté du village se ressent et c’est assez incroyable qu’il soit si bien conservé ! On fait un joli saut au temps du Moyen-Age !

Je me suis ensuite aventurée à travers le vignoble, par des petits chemins, hors des sentiers battus pour avoir une vue différente pour faire d’autres photographies. 

Informations pratiques

Itinéraire 

Depuis Florence : prendre la route SR222 en direction de Greve in Chianti, passer dans Grassina puis dans Strada in Chianti.
40 minutes de route.

Parking gratuit en bas du village, circulation interdite en ville pour les non-résidents

 

Où manger ?

Cafe Montefioralle
Località Castello di Montefioralle, 57

Seul café du village, il propose des petites douceurs pour les gourmands : boissons, paninis, gâteaux, pâtisseries…
L’extérieur est très charmant et attire tout de suite l’oeil ! 

2 | Sienne

Sienne fait parti de mes gros coups de coeur. Classée au Patrimoine Mondial de l’UNESCO en tant qu’extraordinaire ville médiévale, Sienne est tout simplement splendide. Le temps semble s’être arrêté aux environs du XIIIème siècle, quand la ville a commencé à s’enrichir de son patrimoine artistique et architectural.

Que faire à Sienne ?

 

1 | La Piazza del Campo et la Torre del Mangia

En prenant la ruelle principale qui mène au centre historique de Sienne, je tombe face à l’immense Piazza del Campo, la place principale de la ville. Elle se différencie par sa forme incurvée et son inclinaison en forme d’amphithéâtre.

La Torre del Mangia attire tout de suite le regard, imposante et gigantesque. Datant du XIVe siècle, elle domine la place avec ses 102 mètres de haut. Sa hauteur correspond à celle du Dôme, en symbolisant l’équilibre entre le ciel et la terre.
La tour est ouverte au public : il y a plus de 400 marches à monter pour atteindre le sommet, d’où on peut admirer une vue magnifique sur Sienne.

C’est aussi sur cette place que se déroule le célèbre Palio, la fête la plus grande de la tradition senoise. C’est une course de chevaux, qui se tient deux fois par an, le 2 juillet et le 16 août où chaque couple cavalier/cheval représente un des dix-sept quartiers de la ville.

Informations pratiques

Horaires : d’octobre à février – tous les jours de 10h à 16h & de mars à septembre – tous les jours de 10h à 19h

Tarif : 20 € Torre del Mangia + Museo Civico + Santa Maria della Scala

2 | La Cathédrale et son duomo

Dominant la ville au sommet de la colline, la Cathédrale Notre-Dame-de-l’Assomption (ou Santa Maria Assunta), construite de 1136 à 1382, fait partie d’un ensemble de l’Opera della Metropolitana di Siena.

Un peu d’histoire : Une première église a été construite sur l’actuelle cathédrale. Dès le IXème siècle, elle est agrandie et on y ajoute une coupole. Mais la cathédrale est jugée trop petite comparé à ceux de Pise et Florence. Un projet très ambitieux est lancé pour l’élaboration d’un nouveau dôme afin d’elle soit l’une des plus grandes églises d’Italie. Cependant, la peste se propage dans toute la Toscane et les travaux sont interrompus. Aussi, les fondations ont commencé à s’effondrer et le projet est définitivement abandonné en 1355. L’agrandissement prévoyait la construction d’une gigantesque nef perpendiculaire au mur côté campanile (la nef actuelle devenant juste le transept, ça donne une petite idée de l’ampleur).
Aujourd’hui, on peut encore apercevoir les vestiges du grand mur de pierres avec arcades et la façade inachevée de l’ex-future nef, le facciatone, laissé tel quel.

De style gothique italien, la majestueuse et raffinée architecture du duomo m’a plus particulièrement marqué. La façade est véritablement somptueuse avec son marbre polychrome blanc, vert et rose. Au-dessus de l’impressionnante porte centrale en bronze, les trois portails sont très finement sculptés avec des motifs végétaux et des statues. La ressemblance avec le duomo de Florence est frappante ! Sur le côté, le campanile, de style roman, mesure 77 mètres. L’ensemble est décoré d’une alternance de lignes de marbre blanc et vert foncé, que l’on retrouve aussi à l’intérieur. Les ouvertures sur 6 niveaux, gagnant une fenêtre à chaque étage, créent un joli dynamisme. 

L’intérieur de la cathédrale est tout aussi somptueux et gigantesque : les fresques, les plafonds, les vitraux, la profusion des détails ornementaux. La nef s’étend sur 89 mètres, la perspective est brouillée par le jeu de superposition des lignes noires et blanches des piliers. En levant la tête sur les arches, on aperçoit la photo de famille ecclésiastique avec 171 bustes en stuc figurant les différents papes. Le plafond de la nef ressemble à un ciel étoilé, rempli d’astres dorés.
Le pavement d’une surface de 3000 m² comporte 37 marqueteries de marbre représentant les sibylles.

Le baptistère San Giovanni, situé sous l’abside, est accessible au niveau inférieur de la rue, sur la Piazza San Giovanni. Sa grande façade gothique en marbre polychrome semble oppressée dans un si petit espace. L’intérieur est ici confidentiel avec deux rangées de trois nefs et les murs sont richement décorés par les fresques.

Je vous conseille aussi de descendre à la crypteredécouverte en 2002, pour y voir les fondations de l’ancienne cathédrale et les anciennes peintures murales admirablement bien conservées car elles étaient ensevelies sous le sable pendant des siècles !
Le spectacle est incroyable et très impressionnant : le plafond est si haut qu’on ne se rend pas compte qu’il y a la cathédrale actuelle juste au dessus de nos têtes !

J’ai accédé par le Musée dell’Opera del Duomo au sommet de la façade du facciatone qui offre une vue époustouflante à 360° sur les toits de Sienne, la Piazza del Campo et la campagne environnante. 
Bémol : juste un petit groupe de personnes peut monter et les roulements sont rapides. J’y suis juste restée quelques minutes le temps de prendre des photos. 

Informations pratiques

Horaires : de mars à octobre : tous les jours, de 10h30 à 19h (sauf dimanche et jours fériés : 13h30-18h) & de novembre à février : tous les jours, de 10h30 à 17h30 (sauf dimanche et jours fériés : 13h30-17h30)

Opa Si Pass : 12 € en été et 8 € en hiver, qui donne accès à la Cathédrale (Duomo), le Baptistère, la Crypte, le Musée dell’Opera et le Facciatone. 

3 | Se promener hors du centre historique

Sienne a un côté négatif : le monde. C’est pire qu’à Florence à cause de ses rues plus étroites ! Après avoir visité le duomo, j’ai décidé de partir à la découverte de places, de ruelles et de petites églises, si charmantes, aux célèbres couleurs terre de sienne et surtout sans touriste.
En me laissant guider tranquillement, j’ai pu profiter du calme et de la sérénité.

Informations pratiques

Comment se rendre à Sienne ?

Depuis la gare routière de Florence, j’ai pris une ligne de bus qui fait un trajet direct en 1h30. La route est assez agréable, on parcourt les vignobles et la campagne toscane. Il y a des départs toutes les 30 minutes.
Le bus m’a déposé dans le centre qui se visite exclusivement à pied, la ville est plutôt petite !

Compagnie : Tiemme SPA (131R pour la ligne rapide)

Tarif : 7,80 € l’aller

3 | Montepulciano

Je continue mon périple jusqu’au village de Montepulciano situé à 60 kilomètres au Sud de Sienne. Il niche sur la crête d’une colline de tuf, à 605 mètres d’altitude. Petite cité de caractère et typiquement de style Renaissance, elle a gardé son âme moyenâgeuse : splendides demeures, remparts du XVIème siècle, palais, charmantes ruelles… La brique et la pierre sont omniprésentes.

J’arrive sur la Piazza Grande qui est l’une des plus belles places médiévales italiennes. Elle est entourée de la cathédrale, du palais Contucci, du palais de Nobili-Tarugi et du palais communal reconnaissable par sa grande tour et le haut de sa façade crénelée.
Après avoir arpenté les ruelles, je suis montée en haut de la tour du Palazzo Comunale pour admirer la vue sur la ville et le panorama sur le paysage toscan. Je suis restée bouche-bée face au tableau se dessinant sous mes yeux. La luminosité matinale qui se reflète sur les cyprès et les champs d’oliviers est absolument magnifique ! La perspective de la ville de plus haut est aussi très intéressante. On peut bien contempler le plan des rues et ruelles qui se rejoignent toutes vers la place centrale. Un peu plus loin j’aperçois la basilique San Biagio, en contre-bas de la colline, si imposante avec son dôme et sa structure en croix grecque. 

Montepulciano est également la capitale incontestée du « vino nobile » couleur de rubis, un des crus les plus cotés de Toscane. Vous trouverez un peu partout dans la ville des cavistes qui proposent des dégustations de vin. 

Informations pratiques

Itinéraire : Depuis Florence prendre l’autoroute E35 en direction d’Arezzo et de Rome. Sortie Valdichiana puis suivre les panneaux vers Montepulciano.
1h30 de route.

Parking à l’entrée du village, circulation interdite en ville

 

Où manger ?

La Corte Dell’ Ulivo
Via di S. Donato, 11

En regardant à l’intérieur par les vitres, j’ai vite été conquise ! Des gâteaux, des pâtes, des pains briochés, des parts de pizzas partout !
Je me suis installée en extérieur sur la terrasse au calme. Service très rapide et rapport qualité/prix irréprochable. Les pâtes étaient très savoureuses.

Tarif : 8 € les pâtes à la bolognaise

4 | Les routes du Val d’Orcia

J’ai décidé de partir à l’aventure, hors des sentiers battus, au coeur du Val d’Orcia. Le dépaysement est assuré à travers ces petits chemins vallonnés, entre les champs d’oliviers, les rangs de vignes, la terre aride orangée et la symétrie presque parfaite des cyprès : un paysage de carte postale typique du Val d’Orcia. Au loin j’aperçois des petits villages nichés sur leur colline et au détour d’un virage je tombe régulièrement face à de jolies bâtisses et anciennes tours crénelées. 

Leurs routes communales sont en fait des chemins blancs avec beaucoup de cailloux et de trous. Le temps et les distances ne sont alors plus du tout les mêmes. Je voulais faire une grande boucle puis au final j’ai dû faire demi-tour pour ne pas rater le coucher de soleil sur la chapelle Madonna di Vitaleta. 

5 | La Chapelle Madonna di Vitaleta

Vous avez deux spots sympathiques pour admirer la célèbre petite chapelle Madonna di Vitaleta, perdue en plein milieu de la campagne toscane !

De style Renaissance, elle a été construite en 1590 puis restaurée en 1884. Elle a été la maison de la Renaissance de la statue de la Vierge sculptée par l’artiste, Andrea della Robbia. La statue a été déplacée dans une église de San Quirico, la ville voisine.
La chapelle est aujourd’hui classée au Patrimoine Mondial de l’UNESCO.

Je m’y suis rendue dans un premier temps à son pied. Après avoir emprunté de nouveau un chemin blanc, Je me suis garée sur une étendue d’herbe juste avant que la route ne s’arrête. De toutes façons, j’ai suivi l’amas de voitures qui y était déjà stationné. J’ai ensuite marché 10 minutes jusqu’à la chapelle.
Méprenez-vous, j’ai réussi à faire des photos sans qu’il y ait personne dessus mais en réalité nous étions bien une quinzaine (avant que des mariés arrivent également…). J’ai du prendre mon mal en patience pour faire les clichés que je souhaitais et attendre qu’il n’y ait plus personne devant la chapelle pendant de longues minutes.
Je suis ensuite repartie en direction de la route principale (SP 146) pour le deuxième spot pour photographier le coucher de soleil sur la chapelle d’un peu plus loin pour avoir plus de la profondeur !  Le spectacle fût incroyable. 
Les touches de nuances vertes et dorées à cette heure de la journée sont vraiment magiques sur le paysage toscan et elles varient si vite ! Ça restera un de mes plus beaux moments du voyage.

6 | San Gimignano

Situé à 56 km au sud de Florence et classé au patrimoine mondial de l’UNESCO, San Gimignano m’a comblé. Perché sur une colline, on l’aperçoit au loin avec ses hautes tours imposantes entouré du vignoble et des oliviers.

Les familles nobles qui contrôlaient la ville avaient bâti 72 maisons-tours, certaines allant jusqu’à 50 m de hauteur, un symbole de leurs richesses et de leur pouvoir. Aujourd’hui il ne reste que 14 de ces tours mais la ville a conservé son ambiance et son apparence féodale avec plusieurs palais remarquables des XIIème et XIVème siècles.

C’est un vrai régal de se promener au cœur la ville, un pur décor médiéval ! Entre les places, les rues, les maisons, les palais, les tours, les puits et les fontaines, on ne sait plus où donner de la tête tant il y a de belles choses à voir ! Je me suis amusée à me perdre dans les ruelles pavées adjacentes aux deux rues principales pour dénicher des pépites architecturales.
Le décor est typiquement italien, le linge pend aux fenêtres, les maisons sont végétalisées (cactus, succulents, lierres, vignes…) et leurs façades en pierre éclairées par un doux soleil matinal sont chaleureuses.
J’ai eu une petite préférence pour la Piazza del Duomo : quand vous vous mettez au centre de la place, vous avez un magnifique 360° de tours et d’anciens palais qui vous entourent !

J’ai eu la chance d’arriver tôt dans la matinée et j’ai pu arpenter le cœur historique pratiquement seule. Une très bonne chose à faire et à ne pas négliger car oui, dès midi, des hordes de bus touristiques arrivent et envahissent les lieux.

7 | Volterra
 
Après quelques kilomètres, j’arrive à Volterra culminant à 545 mètres d’altitude, au milieu des collines et de la forêt. 
La ville survient à partir du 7ème siècle av. JC avec l’installation des étrusques. Volterra fondait son importance sur les mines de sel et le commerce de ces produits avec les grecs, les phéniciens ou encore les égyptiens. Ses murailles, déjà connues dans son époque, sont le reflet de son pouvoir.
 
J’ai parcouru la ville en long en large et en travers pour ne rien rater : places, ruelles médiévales, maisons-tours, amphithéâtre (théâtre, temples et thermes), la Cathédrale et son duomo et le Palais des Priori, du 13ème siècle, sobre, presque austère avec sa tour crénelée rebâtie après le tremblement de terre de 1856.
J’ai particulièrement apprécié les ruines de l’amphithéâtre dont une partie de la scène, plusieurs colonnes et une partie de l’orchestra en marbre sont très bien conservées. 
La partie haute de Volterra permet de profiter des vues panoramiques de la ville et de ses environs.
 

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Vous aimerez aussi…