10 plus beaux villages en Dordogne Périgord

Découverte des 10 plus beaux villages situés en Bastides Dordogne Périgord. Entre village fleuri, médiéval ou au bord de l’eau, ils sont tous aussi charmants les uns que les autres !

C’est lors d’une mission pour l’Office de Tourisme Bastides Dordogne Périgord qu’avec Benjamin nous avons découvert cette jolie région. Nous avons eu l’occasion de parcourir de superbes villages typiques tout au long de nos reportages photos au printemps et en été.

Bastides Dordogne Périgord se situe en Nouvelle-Aquitaine, en Dordogne, à coté de Bergerac. Le territoire comprend 46 communes et les paysages sont plutôt diversifiés. Au détour d’une petite route sinueuse, vous apercevez un village ou un château perché au loin sur une colline, des forêts de feuillus et de conifères… Ou encore des rivières et des canaux, et de vastes plaines agricoles.

 

Focus sur les villages de caractère et les bastides que nous avons visité ! 

mauzac, son port et son canal 

Le village de Mauzac se situe sur les bords de la Dordogne. Un chemin de halage d’environ 15 kms permet de longer la rivière à pied ou à vélo. De belles promenades en perspective !

Son petit port offre la possibilité aux bâteaux en itinérance de s’y accoster. C’est aussi le point de départ de sorties en canoë/kayak, en voile et en aviron.

Pour les amateurs de patrimoine, il reste dans le village quelques vestiges de l’ancienne église paroissiale.

Un peu plus loin se trouve le canal latéral à la Dordogne qui relie notamment Mauzac à Tuilières. De nombreuses écluses, aqueducs et bassins sont aménagés tout le long du cheminement.

velos sur port
velos chemin de halage
port et village en drone

lalinde : la 1ère bastide anglaise du territoire

Lalinde est la première bastide anglaise bâtie en bordure de rivière en 1267 par Henri III Plantagenêt. Elle possède les caractéristiques de toutes les bastides de la région : une place centrale carrée, entourée par des commerçants qui ont leur boutique sous des arcades ; et des remparts fortifiées pour se protéger des ennemis.

Le village est très souvent au coeur des conflits pendant la Guerre de Cent Ans. C’est un axe commercial majeur du fait de son positionnement en bord de Dordogne et entre Bergerac et Sarlat.

La particularité de ses remparts est que des fossés sont aménagés tout autour.

dordogne lever du soleil
velos sur pont vers village
bastide vue sur dordogne
pont et village en drone

voyage au coeur du moyen-âge à beaumont du périgord

Beaumont-du-Périgord est l’une des plus belles bastides de la région Dordogne Périgord. Fondée en 1272, elle conserve son charme médiéval d’antan.

Un plan de visite est disponible à l’office de tourisme. Il vous mène à travers les carreyrous, les maisons fortifiées et les vestiges des remparts. Sans oublier un passage à l’imposante église de style gothique avec son clocher fortifié du XIIIème. Elle possède deux tours défensives, dont l’une mesure 30 m de haut surmontée de mâchicoulis. Aussi, son portique est surprenant avec la richesse de ses symboles, personnages, animaux et représentations bibliques. 

Quant à la porte Luzier, elle est caractérisée par une voute en pierre. C’est la seule restante parmi les 16 qui composaient la bastide.

Des visites guidées sont organisées pendant la saison estivale. Celle nocturne aux flambeaux est magnifique !

vue en drone village medieval
famille qui marche dans ruelle médiévale
vue en drone village medieval

cadouin et son abbaye d’exception

Coup de coeur pour Cadouin, ce village de caractère qui surgit à travers la forêt du même nom.

L’abbaye prédomine le centre du village. Elle est fondée en 1115 et est l’exemple typique d’un site monastique bâti selon la règle Saint Benoît. Elle possède l’ensemble de ses bâtiments : l’église, le cloître et la partie commune. 

L’église possède trois nefs avec quatre travées voûtées en berceau brisé et un mur à l’entrée ouest massifN’hésitez pas à rentrer dans le cloitre, inscrit à l’UNESCO. C’est un chef d’oeuvre de l’art gothique flambloyant

Je vous conseille aussi de vous promener à travers les ruelles fleuries et médiévales du village. Il y a de jolies boutiques d’artisanats. Sous la halle se tient des marchés de producteurs en été.

vue drone abbaye et village
femme qui marche dans village
ombre fenêtre sur mur
detail rose
detail cloitre derrière fenêtre

OÙ MANGER : Nous avons testé Du Côté de chez Cathy et Paulo à deux reprises, des plats de brasserie revisités et vraiment très bons ! |Pizza, salade, pâtes, omelette, viande, menu périgourdin

VISITE DU CLOÎTRE : ouvert de février à décembre | Plein tarif de 7,40€ à 7,70€ | En savoir plus sur le site internet

cloitre fleuri
enfant dans couloir cloitre
detail cloitre

OÙ DORMIR : une adresse excellente que l’on recommende les yeux fermés > la Villa Marguerite

Chambres d’hôtes de charme, 5 chambres décorées avec goût (beaucoup d’objets et meubles chinés), très cosy et chic campagne.

Les hôtes sont adorables et concoctes les petits déjeuners et les repas elles-même. Du fait maison, bio, avec des produits locaux et de saison. Un régal ! La terrasse avec vue sur le jardin pour le petit déjeuner l’été est très agréable.

detail coussin sur fauteuil
clé de chambre sur fauteuil
salon villa marguerite

urval et ses maisons périgourdines

Nous sommes allés à Urval un peu à la dernière minute suite à un changement de programme et quelle découverte !

En arrivant vers le petit village, nous sommes agréablement surpris par les jolies maisons typiques de la région Dordogne Périgord : façades en granite, toit en pente. Les ruelles sont très fleuries et décorées d’objets artisanaux. 

Dans le coeur du village se trouve un four banal, bâtient de plus en plus rare ! Il servait à faire cuire le pain à l’époque féodale. Aujourd’hui on l’utilise une fois dans l’année lors de la fête d’Urval en Août !

N’oubliez pas de visiter l’église romane fortifiée. Elle se compose d’un étage au dessus de la nef où se trouvent des chambres de défense qui servaien tde refuge aux villageois en cas d’attaque.

photo avec portable d'un village
moulin et retenue d'eau
four banal
homme devant maison périgord

monpazier : un des plus beaux villages de france

Labélisé « Un des Plus Beaux Village de France », Monpazier conserve tout son charme et son bâti d’origine. La bastide est fondée en 1284 au nom du roi Edward Ier d’Angleterre. 

Le parcours de visite du village vous projete à l’époque du Moyen-Âge, entre arcades, halle à la charpente en bois splendide, artisants d’art, blasons… Les ruelle sont abondamment fleuries, c’est magnifique, surtout au printemps !

Le marché hebdomadaire est l’un des plus beaux de la région. Il se déroule les jeudis sur la place centrale de la bastide, sous la halle et les arcades et dans les ruelles.

couple qui marche dans ruelle médiévale
bastide dordogne monpazier
vue en drone monpazier
couple qui marche dans ruelle
famille au marché avec vue sur église

OÙ PRENDRE L’APÉRO : Écureuil Café |

Il propose des vins de la région accompagnés par des planches de charcuterie/fromages

Également salon de thé

 

aperitif amis

biron et son imposant château

Biron est connu pour son château, classé aux Monuments Historiques et labellisé « Site Majeur d’Aquitaine ». C’est le siège d’une des quatre baronnies du Périgord. Sur son promontoir, il est construit au XIIème siècle mais son architecture a évolué au fils des siècles. Il témoigne des différents styles de demeures seigneuriales du Moyen-Age, de la Renaissance et de la période Classique.

Il est vraiment très impressionnant avec ses tours et son imposante chapelle ségneuriale ! Lors de la visite, vous pouvez aller sur la terrasse panoramique pour avoir un point de vue incroyable sur le château et la région.

Le village de Biron est très mignon avec ses ruelles médiévales typiques et les vues sur la campagne alentour.

famille assis dans un champ avant un chateau
vue en drone chateau medieval
famille qui monte les marches vers un chateau
vue en drone chateau medieval

VISITE DU CHÂTEAU : ouvert de février à décembre | Plein tarif de 9€ à 9,50€ | En savoir plus sur le site internet

 

OÙ MANGER : Auberge du Château de Biron, le seul restaurant du village !

Jolie terrasse qui donne sur le château et la carte propose des plats régionaux plutot savoureux | Site internet

assiette restaurant
famille à table au restaurant
assiette salade restaurant

la plus petite bastide du périgord : molière

Bastide anglaise fondée en 1284, elle reste inachevée et devient la plus petite bastide de Dordogne Périgord. En 1316, Guilhem de Toulouse, sénéchal du Périgord pour Edouard II d’Angleterre, choisit Molières comme base de son pouvoir et décide d’y construire son château. Ce dernier est aussi inachevé. Il ne reste que l’enceinte avec remparts et un donjon carré

Les ruelles et arcades du village sont charmants et végétalisés.  

eglise clocher carré
detail porte maison de village
couple qui marche dans bastide
couple lit panneau d'explication
vue en drone village et chateau en ruine

saint-avit-sénieur et son église abbatiale classée à l’unesco

Saint-Avit-Sénieur est un village perché avec son abbaye classée à l’UNESCO bien visible au loin. L’édifice mesure 55m de long. Les vestiges du cloître se visitent en libre accès.

De juin à septembre : scénographie sur les façades de l’abbaye, jeux de lumière et ambiance sonores/musicales

Un sentier d’interprétation est aménagé pour partir à la découverte du village et de son histoire pendant les guerres de Cent Ans. Mais aussi la vie des chanoines et la médecine médiévale.

couple à l'étage d'un cloitre
couple devant abbaye

montferrand-du-périgord dominant la vallée de la couze

Montferrand-du-Périgord est un village médiéval où l’on retrouve de nombreuses typicités de l’époque. Son château du XIème siècle possède des fenêtres à meneaux, un donjon et des remparts. 

Dans le village se dresse une belle halle du XVIe siècle portée par des piliers de pierre. 

L’ancienne église se situe à 800m du bourg et elle est une petite pépite. Sa nef et son coeur sont recouverts de peintures datant entre les XIIème et XVIème siècle.

tour maison médiévale
couple qui marche sous une halle
couple qui marche dans une rue d'un village
vue village en drone

Vous l’aurez compris, les villages en Dordogne Périgord sont très diversifiés et tous aussi beaux ! Leurs caractéristiques et typicités font leur charme. Il existe d’autres bastides et villages de caractères sur le territoire : Eymet, Bergerac, Issigeac, Monestier, Villefranche de Lenville… C’est l’occasion de revenir !

liens utiles

– Prévisions météos sur Météoblue

– État des routes en temps réel sur Inforoute24

– Bonnes adresses et idées de séjour sur le site de l’office de tourisme Bastides Dordogne Périgord

Retrouvez toutes mes découvertes en France dans cette rubrique

sur pinterest ?

Pensez à épingler l’article pour le retrouver plus facilement et abonnez-vous à mon compte !

pinterest 1
épingle 2
pinterest vierou 3

Alpes du Sud | Le Sommet du Viériou

Le sommet du Viériou est un incontournable pour admirer le soleil se lever sur les Alpes du Sud et la Méditerranée. 

Nous sommes allés avec Benjamin quelques jours dans les Alpes du Sud pour le travail. Nous avons repéré le sommet du Viériou pour voir le lever du soleil. Et quel spectacle ! Situé dans le PNR des Pré-Alpes d’Azur, le sommet offre une vue à 360° sur le parc, le Mercantour et la Méditerranée.

Retour sur l’itinéraire de la randonnée.

Informations pratiques

2h

5 kms

D+359m

Points d’intérêt 

Vue panoramique, murets en pierre de culture 

Difficulté 

+ + +

Accès : depuis Vence, prendre la D2 pour rejoindre Coursegoules

Parking : se stationner au parking du Colombier en haut du village de Coursegoules

Point de départ : Coursegoules | 1 036m

Point d’arrivée : Sommet du Viériou | 1 395m

Précautions particulières : en hiver la route est toujours ouverte et les pneus neiges sont admis. Pour connaître l’état des routes en temps réel, n’hésitez pas à consulter le site InfoRoute06 pour les Alpes-Maritimes

 

la montée dans la pénombre 

Il est bien tôt lorsque nous garons la voiture au parking du village de Coursegoules. Parés de nos frontales et de nos doudounes, nous partons dans la pénombre. Le début du sentier vers le sommet de Coursegoules est bien indiqué. Il commence juste au dessus du parking.

Nous ne voyons pas grand chose à l’aller mais nous montons en douceur par un chemin en larges lacets bien dégagé. Nous passons rapidement à travers un petit bois pour ressortir et entamer l’ascension la plus coriace vers le Cheiron, une montagne faite de roches karstiques.

Durée depuis le départ : 30min

lever de soleil vierou
sommet clierzon
sommet vierou au lever du soleil

le sommet du viériou

Comptez encore une bonne demie-heure pour atteindre le début des crêtes du Cheiron et du Viériou. Au panneau de balisage 145, nous tournons à droite pour rejoindre le sommet du Viérou. Il faut suivre le sentier cairné entre les deux versants, ça monte et ça descend jusqu’au Viérou.

Jusqu’au sommet nous avons déjà une vue incroyable sur les alentours :

– les sommets du Mercantour, depuis les Merveilles jusqu’aux sommets de la Tinée, déjà enneigés

– la crête élancée du Mounier

– l’Argentera en Italie

– la crête du Cheiron avec sa cime éponyme et celle de Jérusalem

– le fond de la vallée avec le village de Gréolières

– l’éperon du Baou de Saint-Jeannet 

– la Méditerranée qui s’étend depuis la baie de Cannes jusqu’aux rochers rouges de l’Estérel plongeant dans la mer

Le soleil se lève en douceur sur la Méditerranée et colore les nuages au dessous de nous d’un rouge flamboyant ! Puis les montagnes et les crêtes se dorent d’une belle lumière jaune. Des instants comme nous aimons ! 

detail lavande sauvage
pnr pré alpes depuis vieriou
sommet vieriou au lever du soleil
vue depuis sommet vieriou
randonneur sur cairns vieriou

retour sur coursegoules

Pour le sentier du retour, nous empruntons le même qu’à l’aller. Si vous comptez bien, il y a 26 lacets pour arriver jusqu’à Coursegoules ! 

En chemin nous apercevons d’anciennes parcelles de culture en terrasse, soutenues par des murets en pierre : un aspect très typique dans la région. Ici le sol est plutôt aride alors les oliviers s’y sentent très bien. C’est l’une des cultures principales.

Comptez 1h de descente.

balisage et randonneur
randonneur sur sentier vers coursegoules
montagne et culture en terrasse
coursegoules en contre bas

Attention car il n’y a pas d’ombre (sauf au petit bois) tout le long de la randonnée. En été ça peut vite fortement taper !

liens utiles

– Prévisions météos sur Météoblue

– État des routes en temps réel sur Inforoute06

– Bonnes adresses et idées de séjour sur le site de l’office de tourisme de Vence

Retrouvez toutes mes randonnées dans les Alpes dans cette rubrique

sur pinterest ?

Pensez à épingler l’article pour le retrouver plus facilement et abonnez-vous à mon compte !

pinterest vierou 1
pinterest vierou 2
pinterest vierou 3

10 sites naturels dans le PNR de la Haute Vallée de Chevreuse

Le Parc Naturel Régional de la Haute Vallée de Chevreuse regorge de pépites naturelles. Son vaste territoire aux portes de Paris laisse place à une diversité de paysages, entre forêts, champs et lacs. 

Nous avons découvert le PNR de la Haute Vallée de Chevreuse lors d’une série de reportages photos pour le parc avec Benjamin. Nous avons été missionnés pour réaliser une nouvelle banque d’images inspirationnelles des différents sites naturels et paysagers du territoire.

Nous avons couvert les reportages sur 3 saisons : printemps, été et automne ; pour montrer l’évolution des couleurs et les différentes espèces selon la période de l’année. Aussi, nous avons fait appel à des figurants pour certains sites, jugeant la nécessité de mettre en avant également les pratiques (randonnée, vélo, équitation…) et avoir des images plus immersives et dynamiques.

Vous pouvez retrouver nos photos sur leur site internet, réseaux sociaux, magazines… et certaines dans cet article !

 

Après avoir arpenté le PNR de long en large, nous avons eu des coups de coeur pour ce parc si naturel accessible en RER depuis Paris en quelques minutes. De quoi d’être vite dépaysé et profité d’un bon bol de pleine nature !

Voici nos 10 site naturels incontournables à voir dans le PNR de la Haute Vallée de Chevreuse.

 

Les prises de vue aérienne ont été réalisées par Benjamin.

les rochers d’Angennes

Le site des Rochers d’Angennes se situe sur la commune de Poigny-la-Forêt.

Nous sommes entourés par une belle forêt de feuillus. Il faut grimper un peu pour atteindre le sommet des rochers. Plusieurs zones sont parsemées, entre les bruyères et les fougères. Prudence car la plupart des rochers sont en bord de falaises.

L’automne est pour sur le plus beau moment de l’année pour aller découvrir les rochers sous de superbes couleurs or et rouge.

Je vous conseille une belle randonnée qui mène à travers les rochers et vers l’ancienne abbaye de Moulineaux : 2h – 6kms – D+62m > en savoir plus 

la vallée de la mérantaise

Située dans le nord du PNR de la Haute Vallée de Chevreuse, la Vallée de la Mérantaise est une invitation à randonner à travers la végétation luxuriante

Le ruisseau de la Mérantaise est un affluent de l’Yvette et traverse l’Essone et les Yvelines. Sur cette partie, le ruisseau passe dans une très belle forêt et dans de vastes prés. Des petits ponts permettent de le traverser, à pied , à vélo et même à cheval.

Nous avons suivi 3 cavalières lors d’une randonnée dans la vallée et nous avons pu apprécié ce décor végétal magnifique !

Idée de randonnée : la Vallée de la Mérantaise, 2h, 5,5kms, D+61m > en savoir plus 

les étangs de hollande

Les Étangs de Hollande sont des étangs artificiels datant du XVIIème siècle. Ils ont été construit par Louis XIV pour capturer l’eau du plateau de Rambouillet et alimenter les fontaines du parc du Château de Versailles. Ils sont 6, s’étendent sur 5 kilomètres et sont séparés par des digues transversales qui permettent à la fois la régulation de l’eau et le passage.

Que ça soit au petit matin ou au coucher du soleil, les lumières sont splendides avec les jeux de reflets dans l’eau. De nombreux oiseaux d’eau et migrateurs nichent dans les roseaux, nénuphars et autres plantes aquatiques. N’oubliez pas vos jumelles !

Au niveau de la partie Est, une zone de baignade est aménagée. Il est possible de se restaurer sur place, il y a aussi un mini-golf, beach-volley, location de canoë, pédalo ou barque… Entrée payante et zone ouverte qu’en été.

Les étangs sont classés en réserve naturelle, l’utilisation du drone y est interdite. 

Idée de randonnée : la boucle Montfort l’Amaury – Les étangs de Hollande, 4h40, 15,5kms, D+80m > en savoir plus

les champs entre les essarts-le-roi et dampierre-en-yveline

Nous sommes tombés par hasard au printemps sur ses parcelles agricoles en prenant la route des Essarts-le-Roi à Dampierre-en-Yveline.

La petite route sinueuse mène entre des champs de blé, de lin, de pois ou encore de colza. Nous sommes revenus en été pour capturer l’évolution des plants avant la récolte.

C’était la première fois que nous voyons des champs de lin et nous avons eu un coup de coeur pour les petites fleurs violettes si délicates !

Vue du ciel la distinction entre les cultures et encore plus belle ! 

Idée de randonnée : Autour de Maincourt-sur-Yvette et Dampierre-en-Yveline, 2h25, 7kms, D+123m > en savoir plus

la forêt de rambouillet

Pour les amoureux de forêts, c’et l’endroit qu’il vous faut ! Ancien domaine de chasse des rois de France, la forêt domaniale de Rambouillet s’étend sur 14 000 ha. C’est une forêt contrastée, où coexistent à la fois des milieux très secs et très humides : mares, étangs, ruisseaux, tourbières, pelouses, landes sèches, chênes ou encore pins.

Le réseau des chemins a été réalisé en étoile, avec de larges piste par endroit. 

Avec ses reliefs et ses paysages variés, Rambouillet est propice pour randonner à pied, à vélo ou à cheval.

Idées de randonnée :

– à vélo : La forêt et le château de Rambouillet, 2h, 29,5kms, D+59m > en savoir plus

– à pied : L’étang d’Or, 1h50, 6kms, D+13m > en savoir plus

le bois départemental de rochefort

Ce bois est situé sur la commune de Rochefort-en-Yvelines. Il fût la propriété de nombreuses célébrités au fil des siècles comme le favoris de Philippe Ier ou le compagnon d’Henri IV.

Il est séparé en deux parties : l’une est très boisée avec de feuillus et l’autre est une vaste lande.

En grands arbres on retrouve des bouleaux, des chênes et des châtaigniers, dont certains sont remarquables !  A l’inverse, les secteurs pentus et sableux sont composés de bruyères cendrées qui forment des tapis mauves et denses. C’est en été qu’elles sont éclatantes !

De plus, une foi sur le haut du plateau, il y a une superbe vue panoramique sur les villages environs et les bois.

Idée de randonnée : La forêt de la Claye, 2h50, 9kms, D+81m > en savoir plus

les champs à fontenay lès briis

Découverte de ses jolis vallons et prairies situés juste à côté de Fontenay lès Briis.

Les frais matins d’automne les recouvrent d’une légère brume pour parfaire le lever du soleil. 

Quel plaisir de photographier un paysage si doux avec quelques détails parsemés pour animer le décor : un troupeau de vaches, un arbre seul, des herbes sauvages sous la rosée…

Idée de randonnée : Parcours champêtre, 1h50, 6kms, D+31m > en savoir plus

le bois de l’épars à gambaiseuil

Ici les pins, les bruyères et les fougères sont omniprésents ! Situé en bordure de la forêt de Rambouillet et des étangs de Hollande, le bois de l’Épars est complètement dépaysant. 

Les sentiers sont en étoile avec en leur point central le poteau des Quenouilles. De nombreuses randonnées aux noms atypiques permettent de découvrir ce bois aux airs des Landes du Sud-Ouest : la roche du Curé, le cercle des Sorciers, le four du diable…

Idée de randonnée : Les Bornes du Planet, 3h, 10kms, D+81m > en savoir plus

les champs du bois de la garenne

Le bois de la Garenne se situe sur la commune de Voisins-le-Bretonneux, à l’entrée du PNR de la Haute Vallée de Chevreuse.

Les champs situés à l’ouest du bois sont particulièrement beaux. La D91 les traverse avec une longue rangée de platanes de chaque côté de la route.

Les champs sont piles en face au coucher du soleil en été. La grandeur des parcelles donne une impression d’océan de blé et d’orge qui deviennent dorés avant que le soleil ne se cache derrière les arbres.

Idée de randonnée : De la ferme du Manet à Romainville, 2h20, 8kms, D+30m > en savoir plus

le sentier de maincourt

C’est définitivement un de nos endroits préférés du PNR de la Haute Vallée de Chevreuse ! Le sentier de Maincourt a été réalisé par le parc entre les marais, mares, végétation haute de roseaux et l’Yvette.

Des stations d’observation sur des pontons et des panneaux pédagogiques ponctuent le parcours et vous informent sur l’histoire, la faune et la flore mais aussi sur l’écologie du lieu. Sur la deuxième partie du circuit on peut voir d’anciennes carrières de grès ainsi que d’anciens moulins et lavoirs.

Il est accessible à tous grâce aux aménagement en bois (poussette, personne à mobilité réduite…).

Mention spéciale au petit matin d’automne entre brume et lumière dorée !

Idée de randonnée : La roselière de Maincourt, 2h50, 9kms, D+76m > en savoir plus

Vous l’aurez compris, le PNR de la Haute Vallée de Chevreuse possède une diversité incroyable de paysages naturels ! Même à proximité de Paris, nous pouvons vite être dépaysés en pleine nature entre champs, forêts de feuillus ou de pins, marais et étangs.

Les sentiers de randonnée ne manquent pas pour découvrir le PNR, alors enfilez vos baskets et direction Chevreuse !

En tout cas, nous avons pris un réel plaisir à sillonner les routes du parc de long en large et en travers au fil des saisons. Nous avons été agréablement surpris pour tous ses points d’intérêts sauvages et ressourçants. Nous reviendrons !

liens utiles

– Prévisions météos sur Météoblue

– État des routes en temps réel en Île de France sur Sytadin

– En savoir plus sur le PNR de la Haute Vallée de Chevreuse sur leur site internet

Retrouvez toutes mes visites en France dans cette rubrique

sur pinterest ?

Pensez à épingler l’article pour le retrouver plus facilement et abonnez-vous à mon compte !

pintereste chevreuse
pintereste chevreuse
pintereste chevreuse

Serre Chevalier : que faire pendant la saison estivale ?

Serre Chevalier Vallée Briançon est un ensemble de stations situé en Hautes-Alpes et qui s’étend du Col du Galibier à Briançon. Le territoire possède de nombreuses activités et randonnées à faire pendant la saison estivale. 

Avec Benjamin nous sommes partis 3 jours dans les Hautes-Alpes pour réaliser un reportage photo pour l’Office de Tourisme de Serre Chevalier Vallée Briançon. Leur territoire de compétence s’étend du Col du Galibier jusqu’à la forteresse de Briançon.

Nous en avons profité pour arpenter une bonne partie de la région et découvrir de très jolis endroits ! 

Voici quelques photographies de notre reportage, tout en vous partageant des idées d’activités et de visites pour votre prochain séjour dans cette belle destination alpine.

se promener dans la vallée de la Guisane 

Notre première (et belle) découverte est la vallée de la Guisane. Située entre le col du Lautaret et Monêtier les Bains, à l’altitude de 1512m, c’est le point de départ vers de nombreuses randonnées. Elles mènent notamment vers la vallée du Petit Tabuc et le col d’Arsine.

Nous sommes à la frontière avec le Parc National des Écrins. De très hauts sommets aux pics aiguisés nous entourent.

Des sentiers vous permettent de marcher le long d’un beau torrent aux eaux turquoises et à travers des forêts de mélèzes. En automne le paysage doit être somptueux ! La vallée de la Guisane est plutôt plate et accessible aux familles pour des randonnées simples.  

carte randonnée
randonneurs en montagne
randonneurs en pique nique
randonneurs en bord de rivière

tester le pumptrack

Deux plateformes de pumptrack sont aménagées : une au Parc des Colombiers à Saint-Chaffrey et la toute nouvelle à Monêtier les Bains.

Le pumptrack qu’est-ce-que c’est ? C’est une grande boucle composée de multiples bosses et virages. Elle offre aux amateurs de glisse un terrain de jeu de 1080 mètres carrés. Elle possède 2 niveaux de difficulté : vert et bleu. 

La vue sur les montagnes alentours est en plus très belle !

Alors n’oubliez pas votre VTT, BMX, draisienne, skateboard, longboard, rollers, ou trottinette !

pumptrack velo
pumptrack skate

profiter des derniers rayons du soleil au col du granon

Pour un spot coucher de soleil, nous vous avons déniché le Col du Granon. La route D234T mène jusqu’à un cul de sac au sommet du col (2 413m).

Vous avez une vue incroyable sur la vallée de la Guisane jusqu’à Briançon, Serre Chevalier, la Meije, la Barre des Écrins (4 102 m), le Pelvoux (3 946m). C’est aussi le départ de randonnées, notamment celle vers le Grand Lac de l’Oule.

Pour échapper au monde, nous avons pris une petite route vers l’ouest en dessous du col vers une petite ferme. Il faut se stationner à cet endroit puis continuer à pied. Comptez 10 minutes de marche sur un chemin en terre jusqu’à notre point de vue. Il est possible de continuer plus loin si vous le souhaitez. La vue est plus dégagée qu’au col du Granon. Nous apercevons bien mieux les villages en contre-bas et la Barre des Écrins.

Un vrai coup de coeur et un beau panorama qui montre l’ensemble du territoire de Serre Chevalier Vallée Briançon !

coucher de soleil sur serre chevalier
layers montagnes
loyers sous le soleil couchant
randonneur face au soleil couchant en montagne

visiter des villages typiques

Le Bez

C’est un hameau du village de La-Salle-les-Alpes situé dans la station de Serre Chevalier Vallée Briançon.

Nous avons beaucoup aimé les maisons au style montagnard. Elles ont de jolis balcons en bois recouverts de fleurs et de plantes.

La rue principale mène jusqu’à la petite église où se trouve un beau point de vue sur les montagnes.

 

 

village le bez

Le Casset

Nous avons découvert le village du Casset en partant en randonnée. Il est situé en plein coeur de la vallée de la Guisane, entouré par des forêts de conifères.

Le bourg est traversé par le torrent qui arrive des glaciers. Il faut le franchir pour rejoindre les sentiers de randonnées.

Nous avons eu la chance de rentrer dans l’église de style roman. Elle est surprenante avec un intérieur coloré et d’anciens objets religieux ! Elle possède un premier étage où d’anciens bancs surplombent le choeur et l’hôtel. 

Le village possède également un des accueils du Parc National des Écrins où l’on trouve des informations sur le parc et une boutique.  

village le casset
village le casset
village Villeneuve

Villeneuve

Hameau de la commune La Salle-les-Alpes, Villeneuve faisait parti du fief du Dauphin depuis le XIème siècle.

Le village nous a plu pour ses ruelles aux maisons colorées aux airs italiens.

Il y a plusieurs restaurants et boutiques dans la rue principale qui suit le lit du torrent.

 

randonner jusqu’au grand lac de l’oule

La randonnée jusqu’au Grand Lac de l’Oule est très belle découverte sur un itinéraire très simple. Accessible à tous, elle offre une vue imprenable sur les massifs alentours.

Son départ s’effectue depuis le Col du Granon et le lac est atteint en une petite heure de marche. Une fois au Grand Lac avec ses eaux turquoises, le panorama est spectaculaire. Le massif des Cerces et ses aiguilles pointues donne une atmosphère lunaire ou de far west au paysage. Nous apercevons aussi les glaciers de la Vanoise, Valfréjus et de nombreuses crêtes vertigineuses.

Durée : 1h30 aller-retour | Distance : 6 kms | Dénivelé : D+298m

Pour connaitre l’ensemble de l’itinéraire, n’hésitez pas à consulter mon article dédié à cette randonnée.

vue depuis le col du granon
randonneur traverse un ruisseau
randonneur face au lac
grand lac de l'oule en drone
détail grand lac de l'oule

faire le plein de sensations dans les arbres

Pour les amateurs de sensations fortes, Serre Che Aventure est fait pour vous ! C’est un parc regroupant de l’accrobranche, du saut à l’élastique et de la catapulte. Le tout, en plein coeur d’une forêt de mélèzes.

Les parcours sont différents et adaptés selon le niveau, pour les enfants et les adultes. L’équipe encadre les visiteurs tout au long de la pratique et sont très accueillants !

Buvette et snack sur place.

detail accrobranche
saut à l'élastique
saut élastique

se rafraîchir aux baignades bio

Serre Chevalier Vallée Briançon possède deux établissements de baignades bio : l’un à Saint-Chaffrey et l’autre à La Salle-les-Alpes.

Le concept ? Des bassins d’eau douce provenant directement des montagnes. A la fois écologique, respectueux de l’environnement et naturel, le lieu permet de se rafraichir dans un espace ludique et convivial. Idéal pour les familles avec de jeunes enfants.

Des aménagements sont installés tout autour : jeux en bois, parasols, aires de pique-nique…

bains bio serre chevalier
enfants sous la douche après les bains bio
enfants qui s'amusent dans les bains bio
couple dans bain bio serre chevalier

déjeuner dans une bonne adresse

Nous avons déjeuné au restaurant Le Goût du Temps au Monêtier-les-Bains. Aussi bien visuellement que gustativement, c’est une vrai réussite !

Avec un menu unique entrée – plat – dessert, vous avez le choix entre seulement deux plats. Un concept responsable (pas besoin d’acheter trop de produits), avec des produits de saison, frais et locaux. Nous avons testé tous les plats du coup et nous nous sommes régalés ! 

Niveau design intérieur, il dégage une atmosphère chaleureuse. Le restaurant est composé de plusieurs petites salles, toutes décorées avec goût. Le mobilier est chiné et mixe avec du moderne et de l’ancien. Coup de coeur pour la salle avec la voute en pierre apparente !  

le gout du temps restaurant
le gout du temps restaurant detail assiette

admirer le soleil levant au col du galibier

L’incontournable de la région : le Col du Galibier (2 642 m). Il est célèbre pour son ascension pour les courses cyclistes et pour sa vue imprenable : le massif des Écrins, le Grand Galibier, le Pic Blanc du Galibier, les Glaciers de la Meije, le Mont Viso et par temps clair le Mont Blanc.

Nous sommes allés à sa conquête lors d’un lever de soleil. Nous avons eu droit à une belle mer de nuage qui s’est dissipée doucement pour laisser apparaître la vallée de Serre Chevalier Vallée Briançon en contre-bas.

Les sommets sont gigantesques et nous donnent l’impression d’être ridiculement petits ! 

lever de soleil au col du Galibier
soleil entre les arêtes d'une montagne
layers montagnes

faire une partie de tennis

Une partie de tennis face aux montagnes ? Les trois courts de tennis de Monêtier les Bains au bord de la Guisane possèdent une vue plutôt agréable pour échanger quelques balles.

Même au coeur de la ville le cadre reste naturel, entre sapins et torrent.

Location du matériel et des courts sur réservation en saison et accès libre hors saison.

 

Vous avez également d’autres courts à Briançon, Villeneuve et au parc des Colombiers.

tennis serre chevalier

aller à la découverte d’un glacier

Pour les amateurs de belles randonnées, nous avons trouvé votre bonheur : les lacs du glacier d’Arsine.

Il faut avoir un bon niveau pour réaliser cette randonnée sportive et plutôt longue

Le départ se fait depuis Le Casset. Il y a un grand parking à l’entrée du village. Vous traversez le village à pied et vous franchissez la rivière pour suivre le balisage du GR54. Une large piste longe la rive gauche du torrent. Après d’être passé sur le pont, la montée débute et vous mène progressivement jusqu’au lac de la Douche

La traversée du lac se fait par un muret en pierre qui marque également l’entrée dans le Parc National des Écrins. Une belle montée raide en lacets vous amène sur la grande plaine du Réou d’Arsine. Une fois des chalets dépassés, vous arrivez à une intersection au Col d’Arsine. Prenez à gauche vers la moraine du glacier. La montée dans le pierrier et la moraine est plutôt raide mais l’arrivée face aux deux lacs glaciers vous fera vite oublier l’effort ! Leurs couleurs blanches est incroyable ! 

Le retour se fait par le même itinéraire.

Durée : 7h aller-retour | Distance : 15 kms | Dénivelé : D+950m 

rivière en foret
lac avec montagne en fond
rivière et montagne
glacier d'arsine
glacier d'arsine avec fleurs devant
randonneur au glacier d'arsine
detail glacier

descendre une rivière en rafting

groupe en rafting

Serre Chevalier Vallée Briançon est l’un des spots d’eaux vives dans les Hautes-Alpes où l’on trouve des rivières libres au débit naturel avec une densité de parcours importante.

Ces activités sont ouvertes à tous et elles sont encadrées par des professionnels pour une pratique en totale sécurité. Ils vous donnent des conseils et astuces pour naviguer tout en s’amusant.

Il y a 3 rivières sur le territoire où l’on peut pratiquer le rafting : la Durance (classe 3), la Guisane et la Clarée.

Il est aussi possible de naviguer en kayak, canoë ou air boat.

Vous l’aurez compris, à Serre Chevalier Vallée Briançon il y en a pour tous les goûts et les pratiques ! Les diversités d’activités en font une destination idéale pour passer du bon temps en famille ou entre amis

J’espère que cet article vous aura donner envie d’aller découvrir cette belle région dans les Hautes-Alpes, aux sommets majestueux.

serre chevalier panorama

liens utiles

– Prévisions météos sur Météoblue

– État des routes en temps réel sur Inforoute05

– Bonnes adresses et idées de séjour sur le site de l’office de tourisme de Serre Chevalier Vallée Briançon

Retrouvez toutes mes visites en France dans cette rubrique

sur pinterest ?

Pensez à épingler l’article pour le retrouver plus facilement et abonnez-vous à mon compte !

épingle serre chevalier
épingle serre chevalier
épingle serre chevalier

Islande | Le Nord-Ouest en roadtrip

Le Nord-Ouest de l’Islande regorge de pépites. Entre fjords, glaciers, volcans et océan, les paysages sont sauvages, variés et magnifiques.

Je rêve d’aller en Islande depuis plusieurs années et ça y est, cela s’est réalisé ! Je suis partie avec Benjamin pendant 14 jours à la conquête des fjords sauvages du Nord-Ouest en 4×4 aménagé. Nous avons été très chanceux au niveau de la météo et des conditions climatiques : du ciel bleu 80% du temps et presque pas de vent.

Nous avons coché pas mal de choses :
– l’ascension du glacier Drangajökull
– des aurores boréales au dessus de nos têtes dans la péninsule de Snaegellsnes
– des phoques, un orque, des baleines et un renard polaire
– des hot spots
– des randos sur des volcans rouges, noirs, verts fluos et multicolores
– des cascades et des fjords à gogo
– des plages de sable blanc, rouge et noir
– des sources d’eau chaude
– le volcan Fagradalsfjall qui était en éruption en août
– Reykjavik & ses petits salons de thé cosy aux scones succulents

Voilà un premier retour sur notre itinéraire et notre carnet de bord journalier dans le pays où l’eau et le feu ne font qu’un. 

 

Les photos aériennes et certaines au sol sont réalisées par Benjamin.

jour 1 : arrivée en islande

Après 3h de vol, nous sommes arrivés à destination : Reykjavik, Islande ! Un ciel bien couvert et de fraîches températures nous mettent dans l’ambiance du pays.

Nous récupérons à l’agence de location Kukucamper notre véhicule, un 4×4 Defender, pour notre road-trip de 14 jours. Il est aménagé avec quelques rangements, un canapé-lit dépliable et un petit frigo. Nous l’avons choisi avant tout pour sa facilité à franchir des gués et à rouler sur les f-roads cabossées.

Passage au supermarché du coin pour faire de plein de nourriture pour les prochains jours puis nous prenons la route en direction du Nord.

 

La route offre déjà de très beaux points de vue avec les montagnes volcaniques plongeant dans la mer. Nous rejoignons notre couple d’amis Arnaud et Claire qui font le voyage avec nous à Borgarnes.

Pour le premier repas islandais, nous prenons une soupe au poisson excellente dans le restaurant du Musée des Vikings. Puis nous nous posons au camping situé au bord de la mer pour la nuit.

aéroport geneve gate
hublot avion icelandair
aile avion icelandair
route islande depuis 4x4
montagnes islande

jour 2 : péninsule snaefellsnes – sud/ouest/nord

Après quelques aléas techniques avec notre Defender, nous prenons la route en direction de la péninsule Snaefellsnes. La route 54 permet de faire tout le tour de la péninsule et de découvrir de belles pépites !

Nous nous arrêtons à la cascade Bjarnarfoss qui se jette à 80m sur les falaises de basalte et à la célèbre église noire de Budir. Malgré le nombre de touristes important, les sites sont splendides. A savoir, tout au long de notre voyage nous allons passer devant de nombreuses petites églises méconnues au fin fond de fjords qui sont tout aussi belles que celle de Budir !

cascade Bjarnarfoss
église de Budir porte d'entrée
église de Budir fenêtre
église noire de Budir

Nous empruntons la f-road 570 vers Olafsvik. De nouveau seuls au monde, nous surplombons l’océan et traversons un décor lunaire à moitié dans la brume, entre roches volcaniques et mousses vertes fluorescentes

vue drone 4x4 autour de volcans
vue drone volcan
photographe devant volcan
volcan islande
4x4 sur f-road islande

A la fin de la route, nous arrivons sur le Kirkjufell, la célèbre montagne en forme triangulaire, pile pour le coucher du soleil. Elle est située juste au bord de la mer, du haut de ses 463m et donne l’impression d’être plantée dans l’océan. Les roches viennent des différentes ères glacières et de l’ensemble volcanique de Lýsuskarð. Le sommet est en tuf, roche formée par l’accumulation de projections volcaniques. Pendant les périodes glacières, la montagne était coincée entre deux glaciers. C’est l’érosion qui a sculpté sac forme au fil des siècles.

C’est le site le plus photographié d’Islande, nous comprenons vite pourquoi ! D’ailleurs pour les fans de Game of Thrones, c’est un des lieux de tournage pour la saison 7. 

Un très bel instant avec des touches rosées dans les nuages et une magnifique lumière dorée traversant la baie.

golden hour Péninsule Snaefellsnes
Kirkjufell et 4x4 coucher du soleil
coucher de soleil Péninsule Snaefellsnes
Kirkjufell heure bleue

Mais le spectacle ne fait que commencer : nous admirons nos premières aurores boréales ! Le phénomène se produit de mi-septembre à mi-mars, nous ne pensions pas en voir, et encore moins d’aussi incroyables. Elles étaient juste au dessus de nos têtes. La danse a opéré pendant 3h, nous laissant le temps d’admirer chaque ondulation et couleur. Les tonalités étaient d’un vert fluo dominant mais par moment le bas des aurores avait des teintes violettes. Nous en profitons pour les photographier avec le Kikjufell !

Nuit au camping à Grundarfjordur.

Kirkjufell et aurore boréale
aurore boréale

jour 3 : péninsule snaefellsnes – nord/est

Nous continuons la route 54 pour l’Est de la péninsule. Nous empruntons la f-road Budardalur qui nous mène au bord des lacs Oddassaovatn. L’endroit idéal pour se poser un moment et contempler le paysage.

route fjords du nord islande
fjords du nord islande
randonneur aux lacs Oddassaovatn
lacs Oddassaovatn

Nous découvrons sur la route le volcan Raudhals. Sa couleur rouge bordeaux attire tout de suite l’oeil. Sans discussion, nous chaussons nos chaussures de randonnée et nous grimpons jusqu’à son sommet. La vue panoramique sur les volcans alentours est merveilleuse. Le cratère du Raudhals nous fait face avec sa coulée de lave solidifiée par le temps.

volcan rouge
4x4 sur volcan rouge
détail volcan rouge
randonneur sur volcan rouge
morceau éruption volcan
randonneur devant paysage volcanique
randonneurs au sommet d'un volcan rouge

Puis nous poursuivons la route Budardalur pour quitter la péninsule et nous diriger vers Holmavik puis à Drangsnes.

Après une grosse journée en 4×4 et un peu d’exercice, nous sommes ravis de gouter au plaisir du hot spot du village. Mon tout premier bain chaud islandais et je dois avouer que cela fait un bien fou ! C’est si agréable d’être dans une eau chaude naturelle alors qu’il fait froid à l’extérieur. 40° avec vue sur la mer et l’île de Grimsey sous le soleil couchant, c’est plutôt pas mal !

Le camping de Drangsnes nous accueille pour passer la nuit en surplomb de la ville.

HOT SPOT

C’est un bassin extérieur où l’eau d’une source chaude se déverse. Cette eau provient de glaciers, de la neige et de la pluie. Elle s’infiltre dans le sol à plusieurs mètres de profondeur et rencontre la chaleur du magma. Elle remonte ensuite à la surface pour se déverser dans les rivières.

Les islandais ont sauté sur l’occasion pour fabriquer divers bassins, jacuzzis et piscines.

C’est une véritable tradition dans le pays où les locaux se retrouvent et discutent autour d’une bière Viking !

 

paysage route Budardalu
cabane sur route Budardalu
port Drangsnes
Drangsnes coucher de soleil

jour 4 : les fjords du strandir

Sous une belle journée ensoleillée, nous prenons la direction de la région côtière du Strandir par les routes 645 et 643. C’est la partie la plus sauvage des fjörds de l’Ouest. Nous rencontrons bien plus de moutons que d’habitants. Ici le peu de maisons que nous voyons sont généralement des fermes. Elles sont composées de 3-4 bâtisses et d’une petite église colorée en rouge et blanc. Aussi, elles sont implantées au bout des baies des fjords. 

On trouve de nombreux bois échoués sur les plages venus de Sibérie, ce qui accentue un peu plus le côté désertique et mystique de la région où la sorcellerie a été le plus pratiquée en Islande.

 

randonneur regarde la baie de Drangsnes
maison dans le Strandir
moutons dans le Strandir
fjord du Strandir
fjords du Strandir

Nous passons à Djupavik, surnommée la baie profonde. Le village était réputé pour son centre de pêche aux harengs. Aujourd’hui l’activité a pratiquement disparu et l’usine est fermée. Un des anciens bateaux de pêche est ancré à l’entrée du village. Ils logeaient les hommes qui travaillaient à l’usine alors que les femmes étaient dans le bâtiment principal. L’hôtel est le seul endroit de vie.

Un peu plus loin nous apercevons nos premiers phoques, se relaxant sur des bancs d’algues au soleil.

 

baie de Djupavik
ancienne usine Djupavik
baie de Djupavik
sardine séchée Djupavik
bateau Djupavik
phoque sur algues Djupavik
phoque sur algues Djupavik

Nous décidons de rouler encore un peu pour faire une petite randonnée entre montagnes et laquets. L’ascension nous permet d’admirer encore mieux les fjords qui nous entourent. Nous sommes complètement seuls. La route se termine pas très loin, le nord du Strandir n’est pas accessible en véhicule. 

fjords du strandir
laquet strandir

Sur la route inverse en direction d’Holmavik, nous décidons de pousser dans les plateaux pour s’installer pour une nuit en bivouac. Les larges plateaux offrent une très belle vue sur les fjords au loin et les sommets du Strandir. Le chemin d’accès nécessite obligatoirement un 4×4.

Un beau coucher de soleil doré apparait pour clôturer la journée.

plateau du strandir coucher de soleil
4x4 sur plateau du strandir
fille devant coucher de soleil
garçon devant coucher de soleil
randonneur assis sur rochers
randonneur marche vers laquet

jour 5 : le glacier drangajokull

Après un joli lever de soleil nous reprenons la route en passant par les 643, 61 et 635

Notre objectif du jour : l’ascension du Drangajokull, la seule immense calotte glacière des fjords du Nord-Ouest avec ses 160km2 de glace.

Nous arrivons sur le parking du site un peu avant midi. Une fois équipés en alpinistes, nous entamons notre exploration glacière. Les conditions météorologiques et nivologiques sont parfaites : grand ciel bleu, pas de vent, températures pas trop froide. 5% de chance que ça arrive sur ce glacier.

glacier Drangajokull
carte islande

La marche d’approche est très longue (4kms), entre ruisseaux et moraines à traverser. Nous arrivons enfin au pied du Drangajokull après 1h de marche. Arnaud est guide de haute montagne et a apporté avec lui tout l’équipement nécessaire pour faire l’ascension en toute sécurité. Nous sommes encordés, casqués et cramponnés.

L’ascension fût à la fois incroyable (ma toute première sur un glacier!) et éprouvante. Le dôme du glacier donne une impression de désert de glace avec aucun point de repère à l’horizon. Plus on avance, plus il n’y a rien. Même pas une trace de pas. Le mental va jouer énormément. Nous sommes aux aguets pour éviter les crevasses, avoir le pied sur et rester bien encordés.

alpinistes sur glacier Drangajokull
alpiniste chausse ses crampons
détail glacier Drangajokull
piolet alpinisme
portrait alpiniste

Finalement le sommet rocheux se révèle et nous l’atteignons après 4h de marche dans la glace et la neige.

Les nerfs lâchent face au spectacle qui nous entourent : des fjords sauvages accessibles qu’en alpi, un océan de glace…

Nous avons l’impression d’être sur une autre planète, complètement seuls au monde. Il dégage une telle forte du glacier ! Et en même temps nous nous rendons compte de sa fragilité en ayant évité de nombreuses crevasses et zones de dégel sur le chemin.

sommet glacier Drangajokull
alpinistes au sommet du glacier Drangajokull
vue depuis glacier Drangajokull
detail glacier Drangajokull

Le retour sera physiquement difficile et long mais aussi splendide avec les couleurs dorées du coucher du soleil sur la glaceL’escapade nous aura pris 10h (2h de moins que les précisions dans les guides!).

Cela reste mon meilleur souvenir du voyage.

Nous dressons notre bivouac au parking du glacier pour une nuit réparatrice.

coucher de soleil sur glacier Drangajokull

jour 6 : les fjords du nord

Au petit matin nous quittons le glacier pour aller vers les fjords du Nord par la route 61. Nous suivons les courbes des différents fjords et baies aux eaux turquoises par la belle piste 633 avant Eyri. Elle passe par Kleifarkot, Heydalur et autour du fjord Mjoifjordur.

Les montagnes et les volcans sont gigantesques, nous nous sentons tellement petits face à eux. Nous sommes toujours aussi seuls. Nous imaginons le paysage en plein hiver sous la neige et la tempête et nous nous rendons compte que cela doit être très rude et compliqué.

 

église fjords du Nord
laquets fjords du Nord
volcan fjords du Nord
route fjords du Nord
glacier fjords du Nord
route fjords du Nord
fjords du Nord

Nous profitons d’un hot spot implanté au milieu de nul part, au bord d’une plage pour relaxer nos muscles et se détendre. Une bonne heure dans l’eau chaude face à une telle vue, c’est plutôt pas mal !

detail hot spot
hot spot fjords du Nord

En fin de journée, la route nous mène jusqu’à Isafjordur, une jolie ville portuaire. Les maisons ont toutes des façades colorées avec aux bords des fenêtres des objets déco et des plantes vertes. La mode scandinave cocooning et épurée même !

Nous apercevons même un orque dans le port !

La nuit se passe au camping Tungudalur sous quelques aurores boréales.

Isafjordur
Isafjordur maisons
Isafjordur port
Isafjordur orque

OÙ MANGER ?

Isafjordur possède 3-4 restaurants. Ils sont souvent vite complets, il vaut mieux arriver tôt ou réserver à l’avance. Nous avons choisi de dîner au restaurant Husid situé à l’entrée de la ville face au port et à la station N1.

Au menu : poisson du jour et burgers, pour finir par de succulents gâteaux au chocolat.

Isafjordur restaurant intérieur
Isafjordur restaurant poisson
Isafjordur restaurant gateau chocolat

jour 7 : le point le plus au nord de l’islande

Juste à côté du camping se trouve la jolie cascade Bunarfoss. Nous y jetons un coup d’oeil avant de reprendre la route. Un sentier fléché permet d’atteindre le haut de la cascade.

bunarfoss cascade

Aujourd’hui nous allons au point le plus au Nord accessible en voiture par la route 630. Quelques pépites se trouvent sur notre chemin.

Nous nous arrêtons à la montagne Bolafjall avec ses falaises gigantesques et l’ancienne station radar américaine. À 634m c’est le point le plus haut d’Islande atteignable avec un véhicule. La vue à 360° est époustouflante sur les fjords de Ísafjarðardjúp et de Jokulfirdir. Elle couvre également la baie d’Isafjardardjup, le Hornstrandir et l’horizon en direction de l’arctique. Un pas dans le vide est aménagé pour mieux admirer les falaises sous nos pieds.

Bolafjall pas dans le vide
Bolafjall
Bolafjall falaises
Bolafjall vue depuis falaises
Bolafjall falaises

Un peu plus loin la route se termine sur la très belle plage Minnibakki de sable noir. Quelques maisons colorent le paysage de rouge et de blanc. On se sent au bout du monde et avec la météo brumeuse cela donne une jolie ambiance mystique !

Les moutons ont élu domicile sur la plage et ont creusé des abris sous les dunes herbeuses.

plage Minnibakki vue drone
randonneur devant la plage Minnibakki
mouton sur la plage
detail sable plage
plage Minnibakki

Sur le retour nous passons par Osvor pour admirer son phare orange et l’écomusée de pêche traditionnelle avec ses cabanes de pêcheurs aux toits recouverts d’herbe.

Ce sont des reconstitutions mais il en existe encore quelques unes authentiques à travers le pays. Il est construit à l’origine pour servir de lieux de tournage pour des documentaires. On trouve à l’intérieur du poisson séché, des cordes, filets et autres équipements pour la pêche.

Osvor cabanes pêcheurs
cabane pêcheur Osvor
detail cordes pêche
cabane pêcheur Osvor
poissons séchés

Après une pause pique-nique à Isafjordur, nous nous dirigeons jusqu’à la plage de sable blanc de Flateyri.

Puis la route 60 nous mène à Pingeyri. La ville est décorée de nombreux tags sur les façades des maisons et bâtiments. Elle vit principalement de son port.

Nous bivouaquons au dessus de la ville au sommet du Sandafell (362m) pour la nuit. Un magnifique coucher de soleil colore les fjords de doré. 4×4 obligatoire pour monter.

Pingeyri bâtiment taggué
Pingeyri village
Pingeyri église
Pingeyri tag
Pingeyri depuis Sandafell
randonneur à Sandafell
randonneur à Sandafell
coucher de soleil sur baie depuis Sandafell
coucher de soleil fjords du nord islande
coucher de soleil Sandafell

jour 8 : la cascade dynjandi

Réveil matinal pour un lever de soleil timide. Nous redescendons tranquillement pour petit-déjeuner copieusement à l’hôtel Sandafell dans le village. 

Nous reprenons la route 60 pour traverser la presqu’île et descendre à Dynjandi. Nous apercevons au loin deux petites baleines dans les eaux turquoises du fjords ! 

route 60 islande
baleine islande

Après plusieurs kilomètres, au fond de l’Arnafjordur, nous arrivons à la célèbre cascade de Dynjandi. Surnommée le voile de la mariée, la chute d’eau descend de 100m de haut en épousant la forme de la montagne et en se séparant en plein de petites cascades. Elle est ultra impressionnante et bruyante ! Un sentier permet de grimper au 2/3 de la cascade.

fjord islande
cascade de Dynjandi
cascade de Dynjandi
bruyère détail
randonneur cascade de Dynjandi

Nous nous arrêtons à un hot spot sur la route 60 : 2 piscines face à l’océan. L’eau brulante se déverse dans la première partie de la piscine. Dans la seconde l’eau est plus fraîche car elle est mélangée à de l’eau froide. 

Le passage d’une piscine à l’autre permet de supporter un peu plus la chaleur.

Encore une fois, la vue sur les montagnes et l’océan en contre-bas est plutôt agréable !

route 60 hotspot

Les pistes 63 et 614 nous permettent de rejoindre les falaises de Látrabjarg et Raudisandur avec son banc de sable rouge/orangée. La couleur est unique et varie selon la luminosité. De plus, le contraste de l’eau peut viré du bleu nuit au bleu turquoise. L’ensemble produit un effet magnifique ! La lagune et la plage s’étendent sur environ 10 kilomètres.   

Nuit pluvieuse et venteuse au camping Melanes face à la plage.

cascade route 60
fjords route 60
cabane route 60
falaises Raudisandur
Raudisandur plage

jour 9 : départ des fjords du nord par le sud

Nous prenons la route 60 par le sud pour quitter les fjords du Nord en longeant la côte.

Nous allons à la rencontre des chevaux islandais qui sont sur notre passage. Les petits poulains aux crinières en brosse sont adorables. Malgré leur petite taille ils sont puissants et résistants au rude climat. Ils sont dociles et affectueux, à peine sorti de la voiture ils accourent tous !

route 60 fjords
route 60 fjords
cheval islandais alezan
cheval islandais isabelle
cheval islandais noir
cheval islandais crinière
chevaux islandais

Juste avant de sortir de la presqu’île, nous décidons de randonner jusqu’au volcan Vaðalfjöll aux grandes colonnes basaltiques couvertes par endroits de mousses vertes.

Une f-road mène au plus proche du volcan puis nous poursuivons à pied. Nous décidons de le contourner par la droite et de rester à son pied. Un champ de lave solidifié en forme de pierre est répandu tout autour. Niveau panorama nous sommes pas mal, la vue sur les fjords alentours est superbe !

A savoir, une randonnée passe entre les deux bosses et permet d’accéder au sommet du volcan.

volcan Vaðalfjöll
4x4 et randonneur au volcan Vaðalfjöll
volcan Vaðalfjöll
detail mousse volcan Vaðalfjöll
randonneur face au volcan Vaðalfjöll

Un dernier arrêt dans le hot spot de Laugar. L’endroit pour se changer ressemble à une maison elfique avec son toit herbé et les symboles sculptées sur le bois à l’entrée.

Le bassin est littéralement bouillant. Pas d’eau froide pour baisser la température.

 

Nous prenons la direction de Budardalur pour manger au restaurant et dormir au camping.

hot spot de Laugar
hot spot de Laugar cabine
hot spot de Laugar detail bain

jour 10 : les hautes terres pour kerlingarfjoll

Nous quittons les fjords pour aller à Kerlingarfjoll, le site géothermique exceptionnel, en passant par les hautes terres. Les routes F566 et 1 nous mènent à travers de petits canyons et gués jusqu’à Hvammstangi.

Après un arrêt courses à Hvammstangi, nous poursuivons notre itinéraire par les pistes 731, 732 et la célèbre 35 qui traverse le désert de Kjölur pour atteindre Kerlingarfjoll. La piste était déjà empruntée par les Vikings à l’an 1000 pour rallier le Nord au Sud. Ici il n’y a rien. Les glaciers Langjökull et Hofsjökull, les plus gros d’Islande, nous guident à l’horizon.

glacier islande
glacier islande
désert de Kjölur 4x4
désert de Kjölur vue en drone

Sur le trajet nous découvrons Hveravellir, un oasis géothermal au milieu de Kjölur. On y trouve des petits geysers, des fumerolles et autres sources chaudes à plus de 100°C au bleu cristallin. Des passerelles sont aménagées pour admirer de près les phénomènes.

Hveravellir paysage
passerelle Hveravellir
Hveravellir detail
detail Hveravellir
detail Hveravellir

La F-347 nous conduit jusqu’à la grosse cascade Gygjarfoss qui se dessine dans la brume. 

C’est dans la pluie et le brouillard complet que nous arrivons au parking le plus haut de Kerlingarfjoll. Nous établissons notre camp pour la nuit dans l’espoir que la météo soit plus clément le lendemain pour admirer le paysage.

Kerlingarfjoll est une chaine de montagnes volcaniques de 100km² perdues au milieu de nul part. C’est la zone des fissures qui traverse le pays du sud-est au nord-ouest. Le point culminant est le mont Snækollur (1488 m). De nombreuses randonnées permettent d’arpenter ce site incroyable.

C’est une bonne excuse pour revenir en Islande et retenter notre chance pour le voir !

 

cascade Gygjarfoss

jour 11 : le landmannalaugar

Le brouillard est toujours présent à Kerlingarfjoll alors nous prenons la route plus tôt en direction du Landmannalaugar

Nous empruntons la route 35 qui nous sort du mauvais temps. Nous profitons du soleil levant sur le Langjokull, le 2ème glacier le plus grand d’Islande.

Langjokull
4x4 sur route islande
paysage hautes terres islande
4x4 hautes terres islande

Petit arrêt à l’énorme et puissante cascade Gullfoss pour faire quelques photos souvenirs.

Surnommées les chutes d’or d’Islande, la rivière Hvítá se jète en deux étapes dans une fissure étroite et profonde de 32m. Le débit du cours d’eau atteint en moyenne 130m2 par seconde.

La puissance de l’eau est tout aussi incroyable que le monde qu’il y a… Des cars de touristes, un accueil ressemblant plus à un centre commercial avec un restaurant/cafétaria, des boutiques de vêtements, une immense boutique de souvenirs. Bref nous ne nous y attardons pas.

cascade Gullfoss
carte routière

Nous continuons par les routes 30, 32, 26 et F208 pour arriver au Landmannalaugar. Ces dernières sont coriaces : beaucoup de secousses, trous, gués… mais le paysage volcanique autour de nous est juste incroyable ! Je tombe complètement sous le charme de l’endroit.

Nous décidons de faire quelques pauses le long de la route pour capturer les volcans colorés. J’ai notamment beaucoup aimé le Hnausapollur avec son lac.

Après deux gros gués à passer, nous nous installons au camping du Landmannalaugar pour la nuit.

 

volcans Landmannalaugar
Hnausapollur lac
volcans Landmannalaugar
volcan noir Landmannalaugar

LE LANDMANNALAUGAR, le paradis des volcans islandais

C’est des volcans, montagnes, vallées, lacs, rivières ou encore étendues de cendres à perte de vue.

La zone géothermique est perdue sur les hautes terres du sud dans la réserve naturelle de Fjallabak. Cette réserve naturelle a été créée en 1979 et s’étend sur près de 500 km². Elle est composée de montagnes vertes et noires puis plus au centre de montagnes de rhyolite : une roche volcanique de couleur assez claire, rosée ou grise et parfois bleue.

Le volcan Torfajökull et ses différentes éruptions est à l’origine de ce paysage fantastique. Les éruptions sont très anciennes et les roches que l’on trouve datent de 8 à 10 millions d’années. L’éruption la plus récente s’est déroulée en 1480 et a donné naissance à la coulée de lave de Laugahraun ainsi qu’au cratère Ljótipollur.

Le 4×4 est obligatoire pour traverser les nombreux gués et rouler sur des routes au sol capricieux.

jour 12 : rando dans le landmannalaugar & le sud

Nous nous levons très tôt pour admirer le lever du soleil puis partir en randonnée.

Nous suivons le cheminement Bláhnúkur qui permet de faire un grand tour de 7 kms (3h30 – D+420m) à travers le Landmannalaugar. Le circuit permet de faire un très beau tour et de voir différents types de volcans. 

Nous gravissons deux gros volcans noirs. Au sommet du plus grand, le Bláhnúkur, nous avons une vue magique sur tous les volcans colorés alentours. Surnommé le « pic bleu », il culmine à 940m et est littéralement spectaculaire avec ses tons bleus, gris et noir qui contraste avec le paysage orangé du Landmannalaugar. 

Nos yeux ne savent plus où regarder tellement les couleurs sont fascinantes. Du rouge, du multicolore, du sable, du vert, du noir, du rhyolite… une explosion de couleurs et de contraste dans un paysage lunaire ! Nous avons l’impression d’être devant une peinture.

A la fin, nous passons devant une grande source d’eaux chaudes fumante avant de rejoindre le camping par un immense champ de lave, entre pierres basaltiques et mousses fluorescentes.

lever de soleil Landmannalaugar
randonneur dans le Landmannalaugar
Landmannalaugar
randonneur sur volcan noir Landmannalaugar
vallée Landmannalaugar
sommet volcan Landmannalaugar
Landmannalaugar paysage
randonneur devant Landmannalaugar
Landmannalaugar detail
randonneur devant Landmannalaugar
detail volcan Landmannalaugar
detail roche volcan Landmannalaugar
photographe au Landmannalaugar
main sur roche volcanique Landmannalaugar
randonneur au Landmannalaugar

La route 208 nous mène vers le sud à travers les volcans noirs et tapissés de mousses fluos. Nous passons plus d’une quinzaine de gués, plus ou moins larges et profonds.

Nous croisons très peu de véhicules, la route étant assez difficile. Mais quel paysage merveilleux ! Nous sommes sur une autre planète !

vallée Landmannalaugar
Landmannalaugar paysage
detail cheminée volcan
detail volcan noir Landmannalaugar
detail paysage Landmannalaugar

Nous passons rapidement à Vik puis à Reynisfjara, la célèbre plage de sable noir. Au pied de la plage, la montagne Reynisfjall est surprenante avec ses colonnes de basalte carrées. Encore un mystère de la nature. Au large nous apercevons les pics rocheux de Reynisdrangar qui sortent des eaux. Prudence car la mer est très dangereuse avec de forts courants, une eau très froide et des vagues qui vous mouillent vite les pieds même au bord en ayant pris de la distance !

Puis nous allons jusqu’à la cascade de Skogafoss de 62m de haut, coincée entre les glaciers Eyjafjallajökull et Mýrdalsjökull. Encore un site de tournage de Game of Thrones avec une scène avec Khaleesi et Jon Snow, les deux personnes principaux de la série. Ne vous étonnez donc pas du monde !

Nous roulons le plus possible pour se rapprocher au mieux de Reykjavik. Nous dormons au camping de Selfoss.

plage Skogasandur
roche Skogasandur
cascade de Skogafoss

jour 13 : reykjavik et le volcan fagradalsfjall

Ce matin nous visitons Reykjavik, entre ruelles aux maisons colorées, petites boutiques, cafés & salons de thé cosy, et église. Je suis agréablement surprise par la ville. Elle a l’air dynamique et très agréable à vivre.

La décoration scandinave cocooning des cafés donnent envie d’entrer et de s’installer au chaud autour d’une bonne tasse de thé !

Je vous prépare un article plus complet sur la belle capitale islandaise.

 

rue colorée reykjavik
restaurant reykjavik
eglise Hallgrímskirkja
façade maison reykjavik
façade opera reykjavik

OÙ GRIGNOTER À REYKJAVIK ?

Nous avons suivi les conseils du Guide du Routard et nous sommes allés bruncher chez Emily & the Cool Kids. La décoration est superbe et la propriétaire parle français !

Le salon de thé propose des menus complets avec des beagles, des scones, des skirs, des muffins, du muesli, des smoothies et des jus de fruit maison.

Nous avons testé un bagel au saumon et un scone tomate basilic à tomber par terre ! Le muffin au chocolat est du même niveau !

intérieur emily and the cool kids reykjavik
plats emily and the cool kids reykjavik
intérieur Emily and the cool kids reykjavik

Nous reprenons la route pour découvrir la péninsule Sud par les routes 42 et 427. Nous passons devant de jolies falaises et nous arrêtons aux sources d’eaux chaudes de Seltun

Le site possède une activité géothermique très importante. Elle est composée de nombreux fumerolles, bains de boue bouillonnants, mais aussi une terre de couleur rouge, orange, gris, blanc ou jaune. Les eaux sortent de terre à environ 100°C et elles atteignent même jusqu’à 200°C à quelques centaines de mètres sous la surface.

Il y a de nombreuses activités sismiques sur le site depuis plusieurs années avec des conséquences plus ou moins importantes : l’éruption du volcan Geldingadalur, le lac de Kleifarvatn vidé de 20%… C’est beau mais dangereux.

eaux chaudes de Seltun
detail eaux chaudes de Seltun
eaux chaudes de Seltun

Étant juste à côté, nous bifurquons pour aller voir le volcan Fagradalsfjall qui était en éruption en août dernier. Après une courte marche, nous sommes au pied de la lave déjà solidifiée. Les formes sculptées sont splendides. Par endroit nous apercevons de la fumée de chaleur sortir de la lave.

Avec le drone, nous pouvons apercevoir 2 coulées différentes, plus ou moins récentes. La plus claire correspond à l’éruption de l’an dernier et la plus foncée et rougeâtre à celle d’août.

C’est vraiment spectaculaire ! La prochaine fois nous espérons voir une éruption !

volcan Fagradalsfjall
detail magma volcan Fagradalsfjall
randonneur devant le volcan Fagradalsfjall
detail magma volcan Fagradalsfjall

Nous rendons notre Defender à l’agence de location puis nous nous rendons à notre hôtel Artic Wild situé à quelques kilomètres de l’aéroport.

jour 14 : retour en france

Réveil à 4h et direction l’aéroport pour rentrer en France.

Depuis notre hublot nous apercevons en contre-bas le volcan Fagradalsfjall et son cratère. Une belle image de fin pour clôturer ce voyage riche en surprise et en émerveillement.

aeroport reykjavik
volcan Fagradalsfjall depuis avion

Notre raodtrip s’achève ! Nous sommes conscients de la chance, quasi improbable, d’avoir coché tous ses sites dans des conditions exceptionnelles. Entre fjords sauvages, glaciers, volcans multicolores, je suis désormais tombée complètement sous le charme magique de l’Islande.

Bien évidemment, nous nous projetons déjà dans un prochain voyage sur les terres islandaises pour continuer son exploration. 

J’espère que cet article vous a donné envie de partir vous aussi à la découverte de ce pays incroyable d’eau et de feu !

liens utiles

– Conditions volcaniques sur Volcanoweather.is

– Prévisions météos sur Météoblue

– État des routes en temps réel sur Road.is

– Réservation d’un parking ou d’un camping sur Parka.is

Retrouvez toutes mes aventures en Europe dans cette rubrique

sur pinterest ?

Pensez à épingler l’article pour le retrouver plus facilement et abonnez-vous à mon compte !

épingle Islande 1
épingle Islande 2
épingle Islande 3

Alpes | Bivouac au Mont Coin

Retour au Mont Coin dans le Beaufortain pour un bivouac estival entre amis. Le panorama est incroyable sur le Mont Blanc et la Pierra Menta.

Le Mont Coin, quel beau souvenir l’an passé ! Nous y étions allés avec Benjamin en septembre et la vue nous avait totalement subjugué ! Alors nous nous étions promis que nous reviendrons pour un coucher de soleil.

Finalement nous optons pour un bivouac comme ça nous aurons à la fois le coucher et le lever du soleil. Pour l’occasion, nous invitons nos amis Ludovic et Céline, également photographes, à se joindre à nous ! 

Retour sur notre micro aventure en plein coeur du Beaufortain.

 

Vous pouvez retrouver ici mon article sur l’itinéraire complet de la randonnée jusqu’au Mont Coin.

Informations pratiques

2h45

5 kms

D+414m

Points d’intérêt 

Vue sur le Mont Blanc, la Pierra Menta, le Beaufortain, les lacs de Saint-Guérin et de Roselend

Difficulté 

+ + +

Accès : Depuis Albertville, prendre la D925 jusqu’à Beaufort, puis la D218 jusqu’au lac de Saint-Guérin. Au niveau du barrage du lac, tourner à droite en direction du Cormet d’Arèches. Suivre le chemin sur 2 kms. 

Parking : se stationner au petit parking du Cormet d’Arèches

Point de départ : Parking Cormet d’Arèches | 2 100m

Point d’arrivée : Mont Coin | 2 514m

Précautions particulières : la route du lac de St Guérin au Cormet d’Arèches est bien cabossée et elle est fermée l’hiver

emplacement du bivouac au mont coin

Si vous recherchez le frais en pleine canicule, allez dans le Beaufortain ! Nous sommes partis sous une chaude après-midi. A Arêche-Beaufort il fait déjà moins chaud que dans la vallée plus bas et plus nous montons, plus les températures baissent !

La randonnée se déroule sans encombre, le cheminement est très agréable avec des montées un peu raides par endroit. L’effort est plus intensif avec tout le matériel de bivouac qu’avec un simple sac à dos comme la première fois !

Une ultime montée et nous arrivons à un petit col au pied du Mont Coin. C’est ici que nous installons notre camp de base. Une large surface (plus ou moins plane selon les endroits) permet de planter nos tentes pratiquement à plat et surtout face à un panorama incroyable !

Nous montons nos deux tentes, gonflons nos matelas et rangeons les duvets avant de profiter du coucher du soleil.

randonneur face aux montagne
randonneurs gonflent des matelas
tentes face aux montagnes
sacs de randonnée par terre
vue sur les crêtes

un coucher de soleil rosé

Le soleil décline petit à petit et nous ressentons la fraîcheur et l’humidité s’installer. Après 3 semaines de canicule, ça nous fait bizarre d’avoir froid ! Heureusement nous avons tout prévu : pantalon, doudoune, bonnet, coup vent… Comme quoi il ne faut jamais oublier de mettre dans son sac quelques couches et protections supplémentaires lorsque l’on part en montagne. La météo est tellement changeante et surprenante. 

Depuis notre spot bivouac nous sommes sur un beau terrain de jeux : le sommet du Mont Coin, des crêtes de part et d’autres, une vue à 360° sur les glaciers de la Vanoise, le Mont Blanc, la Pierra Menta, le Beaufortain avec les lacs de Guérin et de Roselend. Bref pour des photographes et des amateurs de montagne c’est idéal !

Le ciel, les nuages et les sommets deviennent roses et dorés. De beaux contrastes apparaissent avec les jeux d’ombres et de lumières. Le soleil se cache à l’horizon pour laisser place à une jolie heure bleue. Nous profitons de ses derniers instants à la frontale avant d’aller nous installer au chaud dans nos duvets.

detail fleur blanche
bivouac sous l'heure dorée
detail gourde
vue depuis le mont coin
layer rosé en montagne
detail Cretes
panorama rosé sur le mont blanc
coucher de soleil sur les montagnes
couple face au coucher de soleil sur le mont coin
mont blanc rosé sour le coucher du soleil
randonneur avec frontale

lever de soleil sur la pierra menta

Après une courte nuit entre les orages au loin, l’humidité qui remonte du sol et un réveil à 3h pour capturer la Voie Lactée, nous nous motivons pour le lever du soleil.

L’heure bleue fait son apparition avec de petites mers de nuages parsemées un peu partout autour des montagnes. De beaux layers (succession de couleur en dégradé) bleutés nous font face. La rosée du matin est bien présente, nos toiles de tente sont complètement trempées !

 Le soleil se dévoile enfin tout juste derrière la Pierra Menta. Nous montons de nouveau au sommet du Mont Coin pour prendre un peu plus de hauteur pour admirer ce spectacle matinal. Les crêtes et les lacs en contre-bas s’illuminent d’une couleur dorée. Les rayons du soleil filtrent à travers les arêtes des sommets, une pure beauté !

La nature se réveille en douceur. Nous nous posons pour contempler cette magie, avec en unique bruit de fond le sifflement des marmottes.

tente au petit matin
crêtes dans la brume matinale
photographe devant les crêtes
randonneur au mont coin
lumière dorée sur la Pierra Menta
lumière dorée sur les crêtes
randonneur face aux montagnes au lever du soleil
lacs dorés en contre bas
lac de Roselend entre les crêtes
randonneurs au mont coin
photographe au mont coin
lacs et crêtes sous la lumière dorée

Encore une belle aventure tous les 4 avec ce bivouac au Mont Coin. Des lumières dorées, de la montagne, des lacs, il ne nous en faut pas bien plus pour être heureux ! 

Nous reviendrons de nouveau dans ce bel endroit qui nous émerveille un peu plus chaque fois !

 

Bon bivouac à vous ! 

liens utiles

– Étapes de la randonnée sur VisoRando

– Prévisions météos sur Météoblue

– État des routes en temps réel sur Savoie Route

– Bonnes adresses et idées de séjour sur le site de l’office de tourismed’Arêches-Beaufort Tourisme

Retrouvez toutes mes randonnées dans les Alpes dans cette rubrique

sur pinterest ?

Pensez à épingler l’article pour le retrouver plus facilement et abonnez-vous à mon compte !

épingle mont coin 1
épingle mont coin 2
épingle mont coin 3

Hautes-Alpes | Le Grand Lac de l’Oule : randonnée

Le Grand Lac de l’Oule est une belle randonnée au départ du Col du Granon. Son niveau facile permet d’atteindre le lac en une bonne heure. La vue est incroyable !

Il y a quelques jours, avec Benjamin, nous sommes allés dans les Hautes-Alpes pour le travail. Lors d’un reportage photo pour l’Office de Tourisme Serre Chevalier Vallée Briançon, nous avons randonné jusqu’au Grand Lac de l’Oule pour le capturer avec nos appareils ! 

Une très belle découverte sur un itinéraire très simple, accessible à tous et qui offre une vue imprenable sur les massifs alentours.

Informations pratiques

1h30

6 kms

D+298m

Intérêts 

Lac, vue sur les Écrins

Difficulté 

+ + +

Accès : depuis La Salle-les-Alpes ou Chaffrey, suivre la D234T qui monte en lacets jusqu’au Col du Granon. La route est un cul de sac une fois arrivé au col

Parking : se stationner au parking du Col du Granon

Point de départ : Col du Granon | 2 404m

Point d’arrivée : Grand lac de l’Oule | 2 429m

Précautions particulières : la route n’est pas accessible en hiver.

départ de la randonnée depuis le col du granon

Nous sommes arrivés au col du Granon sous un beau soleil en fin d’après-midi. La route s’arrête au niveau du grand parking et une auberge permet de se restaurer ou boire un verre la journée.

La vue est vraiment superbe, entre la vallée de Serre Chevalier en contre-bas et les sommets du Massif des Ecrins. Aussi, nous apercevons au loin le Mont Thabor et les montagnes de Valfréjus. La frontière italienne est juste à côté !

 

C’est l’heure du départ : nous commençons la randonnée en direction du Grand Lac de l’Oule en empruntant une piste en cailloux et en terre. Elle est accessible uniquement à pied et est réservée aux véhicules des militaires des forts alentours. Le paysage est déjà très pelé, les arbres se font rares et les montagnes sont en calcaire.

vue depuis le col du granon
paysage col du granon

montée à travers la plaine

À la première intersection sur la gauche, nous tournons vers une petite sente. Elle monte progressivement à travers une vaste plaine à l’herbe rase.

C’est la fin de la période mais nous apercevons encore quelques linaigrette de Scheuchzer : la fleur ressemble à un gros morceau de coton blanc et elle pousse dans les zones humides.

Puis, nous traversons les eaux du torrent des Cibières avant d’entamer l’ultime montée jusqu’au col de l’Oule que nous voyons depuis le sentier. Ce dernier n’est pas forcément bien indiqué par du balisage mais il est bien marqué à vue. Nous rejoignons le GR57.

Ouvrez bien les yeux, il y a de nombreuses marmottes dans cette zone vers les pierriers !

randonneur vers plaine
queue de lièvre
randonneur face aux montagnes
randonneur traverse un ruisseau
plaine vers col de l'oule

col de l’oule

Après environ 50 minutes de montée, nous arrivons au Col de l’Oule (2 546m). Je reste bouche bée face au panorama qui se dresse devant nous.

Le massif des Cerces et ses aiguilles pointues donne une atmosphère lunaire ou de far west au paysage. Nous apercevons aussi les glaciers de la Vanoise, Valfréjus et de nombreuses crêtes vertigineuses.

 A cet endroit vous pouvez rejoindre d’autres randonnées.

balisage randonnée col de l'oule
panorama sur les cerces